IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Ecrire des programmes à la main sera dépassé à l'avenir », selon le CEO de la startup IA Fixie.ai,
Qui voit les programmeurs humains céder la place à des intelligences artificielles adaptatives

Le , par Patrick Ruiz

53PARTAGES

24  0 
L’intelligence artificielle menace-t-elle les postes de développeurs informatiques humains dans les années à venir ? Le chatbot ChatGPT d’OpenAI a par exemple réussi l’édition 2022 de l’examen d’informatique pour élèves du secondaire désireux d’obtenir des crédits universitaires US. C’est un accomplissement parmi d’autres à mettre sur le compte de l’intelligence artificielle qui ravive le débat sur la disparition du métier de développeur. Et ce n’est qu’un début pour Matt Welsh – CEO et cofondateur de la startup IA Fixie.ai. « ChatGPT et autres GitHub Copilot donnent juste un aperçu introductif de ce que la filière informatique sera dans l’avenir », déclare-t-il.

« Les assistants de programmation tels que CoPilot ne font qu'effleurer la surface de ce que je décris. Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles, les humains étant relégués, au mieux, à un rôle de supervision. Quiconque doute de cette prédiction n'a qu'à regarder les progrès très rapides réalisés dans d'autres aspects de la génération de contenu par l'intelligence artificielle, comme la génération d'images. La différence de qualité et de complexité entre DALL-E v1 et DALL-E v2 - annoncée seulement 15 mois plus tard - est stupéfiante. Si j'ai appris quelque chose au cours de ces dernières années à travailler dans le domaine de l'IA, c'est qu'il est très facile de sous-estimer la puissance de modèles d'IA de plus en plus grands. Des choses qui semblaient relever de la science-fiction il y a seulement quelques mois deviennent rapidement réalité.

Je ne parle pas seulement du fait que CoPilot de Github de remplacer les programmeurs. Je parle de remplacer le concept même d'écriture de programmes par des agents d’intelligence artificielle dédiés. À l'avenir, les étudiants en informatique n'auront pas besoin d'apprendre des compétences aussi banales que l'ajout d'un nœud à un arbre binaire ou le codage en C++. Ce type d'enseignement sera dépassé, comme celui qui consiste à apprendre aux étudiants en ingénierie à utiliser une règle à calcul », prédit-il en prélude à la tenue de la prochaine réunion de l’Association for Computing Machinery en janvier.


Lorsqu’on parle d’intelligence artificielle, deux grands courants de pensée s’affrontent : celui des tiers qui pensent qu’il s’agit d’un outil, ce, sans plus et celui des intervenants et observateurs qui sont d’avis que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne devienne une menace pour la race humaine. Matt Welsh fait partie du deuxième groupe auquel les critiques du second fixent une limite : l’atteinte par les équipes de recherches d’une intelligence artificielle de niveau humain. En effet, le plus grand débat tourne autour de la possibilité de voir les machines rendues à ce stade où elles sont dotées de « bon sens », capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. »

Google par exemple est lancé en secret sur le développement de Pitchfork, ou AI Developer Assistance. C’est un outil qui utilise l'apprentissage automatique pour apprendre au code à s'écrire et se réécrire lui-même. Comment ? En apprenant des styles correspondant à des langages de programmation, et en appliquant ces connaissances pour écrire de nouvelles lignes de code.

L’intention initiale derrière ce projet était de créer une plateforme capable de mettre automatiquement à jour la base de code Python chaque fois qu'une nouvelle version était publiée, sans nécessiter l'intervention ou l'embauche d'un grand nombre d'ingénieurs. Cependant, le potentiel du programme s'est avéré beaucoup plus important que prévu. Désormais, l'intention est de donner vie à un système polyvalent capable de maintenir un standard de qualité dans le code, mais sans dépendre de l'intervention humaine dans les tâches de développement et de mise à jour. Un tel objectif pourrait ne plus relever de la science fiction lorsqu’on sait que des équipes de recherche en intelligence artificielle promettent déjà l’atteinte du stade d’intelligence artificielle générale dans 5 à 10 ans.

Source : cacm

Et vous ?

Les développements en cours dans la filière du génie logiciel donnent-ils lieu à des inquiétudes légitimes quant à l’avenir des informaticiens humains dans la filière ?
Que vous suggère la possibilité que la recherche aboutisse à l’intelligence artificielle générale dans 5 à 10 ans ?
Comment voyez-vous l'intelligence artificielle dans 5 à 10 ans ? Comme un outil ou comme un danger pour votre poste de développeur ?

Voir aussi :

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote soit impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anordem
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 11:59
Pour remplacer les développeurs par des IA, il faudrait que les décideurs sachent ce qu'ils veulent et sachent l'exprimer. On oublie trop souvent que le métier de développeur, c'est avant tout comprendre et traduire un besoin. En d'autres termes, c'est l'interface entre l'utilisateur et l'ordinateur. Ecrire du code est anecdotique.

Un développeur n'est pas un dactylographe et il serait temps que les éditeurs d'IDE s'en rendent compte. Notre principal outil aujourd'hui est un éditeur de texte, ce qui est absurde puisque notre métier est de résoudre des problèmes en automatisant des solutions, pas d'écrire du texte. Donc si on propose des solutions qui nous permettent de limiter les tâches fastidieuses pour nous concentrer sur notre métier, je suis preneur. Ah mais, c'est pas justement ça notre métier ?

Donc à mon avis, on aura toujours besoin de développeurs, à moins que l'IA ne sache interpréter les besoins des utilisateurs. Ce qu'il nous manque, ce ne sont pas des nouveaux langages, mais des nouveaux outils.
18  0 
Avatar de Gilliard
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 29/12/2022 à 17:42
Anordem a dit .
Pour remplacer les développeurs par des IA, il faudrait que les décideurs sachent ce qu'ils veulent et sachent l'exprimer. On oublie trop souvent que le métier de développeur, c'est avant tout comprendre et traduire un besoin. En d'autres termes, c'est l'interface entre l'utilisateur et l'ordinateur. Ecrire du code est anecdotique
Oh comme je suis d'accord ! Il y fort longtemps, j'ai suivi un séminaire où on a expliqué que grâce à Merise, on aurait plus besoin de programmeur, le "client" pourrait directement exprimer ses désirs qu'un "compilateur" Merise traduirait en code machine !
ça ne m'a pas empêcher de analyser/programmer pendant 40 ans, de Fortran à C# en passant par OCCAM et autre Mumps ....
11  0 
Avatar de Ehnix
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 11:11
Je ne suis pas un expert en I.A. ni en philosophie mais si les modèles d'apprentissage s'appuient sur d'énormes quantités de données d'origine humaine (via internet la plupart du temps), le jour où ces sources se tarissent, les facultés d'invention et d'adaptation, selon les contextes environnementales et temporelles, seront-elles assurées?

9  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 11:18
Ce qui va très certainement se passer c'est qu'effectivement toute les taches sans grand intérêt et redondantes vont certainement finir par être réalisée par des IA.
Mais ce que semble oublier notre cher CEO c'est que les IA ne savent répondre qu'aux choses qu'elles ont apprise (le dataset). Et c'est quand même pas rare d'écrire du code métier très spécifique et c'est généralement la partie de notre métier qui est intéressante.

En gros ca va faire comme dans l'automobile , toutes les taches simples et répétitves ont été remplacée par des robots , mais il reste encore des ouvriers qualifiés quand c'est nécessaire.

Perso là où j'attends beaucoup de l'IA c'est sur la QA. Je pense qu'il y'a des choses intéressantes à faire , avec des des scénarios de tests auto générés et évolutifs en fonction des données utilisateurs récoltée en production.
6  0 
Avatar de lkris
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/12/2022 à 17:15
hé hé, générer du code automatiquement c'est très bien. mais quand ça ne fonctionne pas comme on veut, qu'il faut déboger, modifier, etc... c'est l'AI qui le fait aussi ? parce que déboger du code généré par une machine c'est généralement un réel plaisir hein ?
et comme j'ai lu dans un commentaire précédent très pertinent, qui va indiquer à l'AI les règles métier qu'elle doit produire ??? car bien souvent le problème de l'utilisateur est qu'il est incapable d'exprimer son besoin correctement et de façon généraliste. c'est pour ça que les métiers du développement informatique ne se limitent pas à cracher du code mais peut être aussi à aider l'utilisateur à formaliser son besoin ?
Et je ne parle même pas des problèmes purement techniques, du style interfaces inter systèmes... imaginez: gentille AI est-ce que tu peux dialoguer avec l'API REST de untel qui me calcule un devis à partir de tel et tel critère que je vais t'énumérer et avec lesquels tu dois fabriquer un joli HTTP/POST qui va te renvoyer une superbe réponse pour laquelle, s'il n'y a pas un HTTP error que tu dois traiter le cas échéant, tu vas fabriquer un devis tout neuf dans mon système. hé hé ! Rendez-vous dans n années quand tous les systèmes seront AI powered et que le AIs dialogueront entre elles, en toute intimité, pendant que nous, on sirotera un bon café en attendant que le travaille se fasse ah j'adore les romans d'anticipation !
5  0 
Avatar de Guilp
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/12/2022 à 17:41
Faux débat.

Le problème est-il vraiment l'existence tel ou tel nouvel outil permettant de tricher ? Ou ne serait-il pas plutôt que le système éducatif se base sur une validation de l'apprentissage sur lequel est possible de tricher ?

Que vaut un diplôme ? Que vaut un examen pour lequel on va retenir par cœur des trucs la veille au soir et que l'on va totalement oublier dans 3 jours, 3 mois ou 3 ans ? Que vaut un d'avoir eu 5, 10 ou 15 / 20 à un QCM ?

Et puis, si ça nous amuse, qu'est-ce qui nous empêche de passer 1000 diplômes sur une université en ligne (Coursera, HarvardX, ou autre campus en ligne français ou non), de tricher en mode automatique, et de nous la ramener avec nos 1000 diplômes bidons sur les réseaux sociaux ? Qui est le dupe à la fin ? Au hasard : celui qui passe pour un idiot avec ses beaux diplômes lors de son premier jour de travail catastrophique en entreprise ?

Et pourquoi pas ne pas laisser tout le monde tricher aux examens, mais de noter les écoles sur le nombre d'élèves qui ont choisi de ne pas tricher ? C'est à dire que la validation d'un bon système éducatif ne serait plus basée sur des notes aux examens, mais sur la réussite de l'école à avoir donné aux élèves l'envie d'apprendre...

PS : mettre dans un titre "IA" "terrorisé" dans le même titre... rholala...
5  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/01/2023 à 9:10
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je pense que c'est un faux problème, l'école nous évalue avec des moyens obsolètes depuis dans années (décennies?) que l'IA challenge.
Les élèves "trichent" depuis toujours parce que les profs sont les flemmards qu'ils nous accusaient d'être.
Que pensez-vous de l'utilisation de ChatGPT par les étudiants en milieu scolaire ?
Que pensons nous des bouquins de fiche de lecture?
Que pensons nous des annales de BAC?
Que pensons nous du soutien scolaire et des révisions collectives?
L'école n'est pas adaptée à tous, donc les gens ont leur propres moyens de s'adapter ou de contourner le système.
ChatGPT est un outil de plus pour aider les jeunes à s'intégrer dans ce système exclusif, c'est donc une bonne chose.
Selon vous, quels impacts ce type de logiciel pourrait avoir sur le niveau des étudiants ?
Les étudiants vont l'utiliser pour ne pas se fatiguer sur les matières peu utiles ou les profs incompétents.
Les étudiants vont aussi s'en servir comme vulgarisateur des matières qui les intéressent et qui sont difficilement abordables.
Bref c'est tout benef pour les étudiants.
Pensez-vous aussi que ces outils pourraient aggraver la tricherie dans le milieu universitaire ?
Je ne considère pas la tricherie à l'école comme un problème donc je ne considère pas qu'il y a quoi que ce soit à aggraver.
Mas oui ça risque d'amplifier la triche, même si ça reste compliqué de s'en servir en partiel s'il est bien conçu.
Selon vous, comment peut-on décourager les étudiants d'avoir recours à ces logiciels lors des devoirs ?
Pourquoi les décourager?
Il y a des moyens plus intelligents d'évaluer les élèves, voici deux exemples que j'ai eu :
J'ai une prof qui nous laissait accès à tout pour nos partiels (cours, téléphone, internet etc) pourtant les notes à la sortie étaient variées et pertinente du niveau de l'élève
Un prof de thermodynamique nous avait donné des projets à réaliser en groupe, il avait réparti les élèves en 4 groupes de niveau, on devait faire un trinôme avec des élèves de notre groupe et on recevait des projet à hauteur de notre niveau. Et il avait imposé une structure de rapport qui imposait une réflexion et une cohérence globale importante.

PS : Je n'ai été bon pour aucun des deux exemples mais dans les deux cas j'ai eu l'impression de ne pas être pris pour un con et l'évaluation elle même continuait l'apprentissage.
5  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 28/12/2022 à 20:32
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« Ecrire des programmes à la main sera dépassé à l’avenir », selon le CEO de la startup IA Fixie.ai
première réflexion : c'est quoi/quand "à l'avenir" ?
plus sérieusement je pense que le futur c'est maintenant, quand je vois la quantité de code que je passe en revue en me disant que c'est codé avec le cul ou avec les pieds, il y en a qui ont déjà anticipé l'avenir
et si l'IA apprend de ces gens là, je ne m'inquiète pas pour mon métier
3  0 
Avatar de dev_ggy
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 11:47
De Bonjour à tous,

L'intelligence artificielle ne peut pas tout même, si elle peut beaucoup nous simplifier beaucoup de choses, dans les propos tenus aux États-Unis et qui sont repris dans votre post, il y a beaucoup de désinformation.

Le cerveau humain a les capacités auxquels les intelligences artificielles n'ont pas accès. Elles n'ont pas la capacité de définir une décision stratégique, de faire des choix pour l'ensemble de la population, définir une politique générale comme d'entreprise. Il sera donc toujours nécessaire, sans que cela sera vrai, de développer des cahiers des charges, des spécifications ceci par des ingénieurs suffisamment qualifiés, même s'il est possible à travers l'intelligence artificielle de faciliter tout ce travail en accélérant.

S'il est possible d'avoir des intelligences artificielles pour le développeur, et qu'il n'y aura plus besoin d'écrire une ligne de code, c'est tout à fait possible et nous en sommes assez proches. Des outils d'aide au développement basé sur GPT3 le permettent, avec des gain sans forcément être exhaustifs :

  • Pour les jeunes développeurs dans la courbe d'apprentissage.
  • En qualité de code lié au commentaire et au travail nécessaire à faire dessus pour avoir les bonnes réponses de la part de GPT3.
  • En rapidité développement surtout pour les juniors.
  • La capacité de synthétiser et de résumer un document pour en faire une synthèse.


De façon résumé (par GPT-3)
En conclusion, l'intelligence artificielle ne peut pas tout, et il sera toujours nécessaire d'avoir un développeur pour les spécifications techniques et pour régler les problèmes liés à ces spécifications.

Ainsi, l'intelligence artificielle est une technologie très intéressante qui peut nous aider à accélérer le travail des développeurs, mais elle ne remplacera jamais complètement le travail des développeurs. Elle ne peut pas tout faire et leur expertise restera toujours nécessaire.
Merci de m'avoir lu !
2  0 
Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 27/12/2022 à 13:14
D'ici là, je serai à la retraite.....ou pas
2  0