IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La version 13.1 du langage Wolfram et de Mathematica est disponible,
Elle apporte de nouvelles fonctionnalités majeures dans des domaines tels que les interfaces utilisateur et le compilateur

Le , par Bruno

2PARTAGES

11  0 
Cela fait maintenant 34 ans que Mathematica et ce qui est maintenant le langage Wolfram ont été lancés. Le 29 juin, la société Wolfram Research a annoncé la version 13.1 du langage Wolfram et de Mathematica. « Ces dernières années, nous avons établi une sorte de rythme, en livrant le fruit de nos efforts de développement environ deux fois par an. Nous avons publié la version 13.0 le 13 décembre 2021. Et maintenant, environ six mois plus tard, nous publions la version 13.1 », a déclaré Stephen Wolfram, fondateur et PDG de Wolfram Research, créateur de Mathematica et du langage Wolfram.

La version 13.1 du langage Wolfram et de Mathematica apporte 90 nouvelles fonctions ainsi que des mises à jour substantielles pour 203 fonctions existantes. Au-delà de ce qui apparaît dans des fonctions spécifiques, la version 13.1 comporte également de nouvelles fonctionnalités majeures dans des domaines tels que les interfaces utilisateur et le compilateur.


Le langage Wolfram est un langage de calcul multiparadigme développé par la société Wolfram Research. Ce langage est utilisé pour le calcul symbolique, la programmation fonctionnelle et la programmation basée sur des règles et il peut utiliser des structures et des données arbitraires. C'est également le langage de programmation de Mathematica (programme de calcul symbolique mathématique) et du Wolfram Programming Cloud. Il est utilisé pour le calcul symbolique, la programmation fonctionnelle et la programmation basée sur des règles et il peut utiliser des structures et des données arbitraires.

Ce langage comprend des fonctions intégrées pour générer et exécuter des machines de Turing, créer des graphiques et du son, analyser des modèles 3D, des manipulations matricielles et résoudre des équations différentielles. Largement documenté, le Langage Wolfram possède des principes fondamentaux qui le différencient des autres langages de programmation : une base de connaissances intégrée, l'automatisation sous la forme de méta-algorithmes et de superfonctions, une compréhension du langage naturel intégrée. En 2019, les bibliothèques de Wolfram sont devenues compatibles avec le moteur de jeu Unity, donnant ainsi aux développeurs de jeux un accès aux fonctions de haut niveau du langage.

Le langage Wolfram, tel qu'il existe aujourd'hui, englobe une vaste gamme de fonctionnalités. Mais sa grande puissance ne vient pas seulement de ce qu'il contient, mais aussi de la cohérence avec laquelle il s'intègre. « Depuis près de 36 ans, j'ai pris la responsabilité personnelle de veiller à ce que cette cohérence soit maintenue. Cela a nécessité à la fois une grande concentration et un travail intellectuel approfondi. Mais comme j'en fais l'expérience chaque jour dans mon utilisation du langage Wolfram, je suis fier des résultats », déclare Wolfram.

Les emojis et le support multilingue

Lors de la sortie de la version 1.0, les caractères étaient représentés sous forme d'objets de 8 bits : généralement ASCII, mais il était possible de choisir un autre « codage de caractères » (d'où l'option ChararacterEncoding). Puis, au début des années 1990, est apparu Unicode. Désormais, les "caractères" pouvaient être des constructions de 16 bits, avec près de 65 536 "glyphes" possibles répartis entre différentes langues et utilisations (y compris certains symboles mathématiques que l’éauipe Wolfram Research a introduit).

« Au début des années 1990, Unicode était une nouveauté pour laquelle les systèmes d'exploitation n'avaient pas encore de support intégré. Mais nous avions parié sur l'Unicode, et nous avons donc construit notre propre infrastructure pour le gérer », précise Wolfram.


Trente ans plus tard, Unicode est effectivement la norme universelle pour la représentation des éléments de type caractère. Mais à un moment donné, il s'est avéré que le monde avait besoin de plus de 16 bits pour représenter des caractères. Au début, il s'agissait de prendre en charge des variantes et des systèmes d'écriture historiques (pensez au cunéiforme ou au linéaire B). Puis sont apparus les emoji.

L'expansion a été lente. L'Unicode 16 bits original est le "plan 0". Il existe maintenant jusqu'à 16 plans supplémentaires. Ce ne sont pas tout à fait des caractères 32 bits, mais étant donné la façon dont les ordinateurs fonctionnent, l'approche actuelle consiste à permettre aux caractères d'être représentés par des objets 32 bits. Il est loin d'être trivial de le faire de manière uniforme et efficace.

Pour Wolfram Research, cela a été un long processus de mise à niveau de tout son système, de la manipulation des chaînes de caractères au rendu des ordinateurs portables, afin de gérer les caractères 32 bits. C'est enfin chose faite dans la version 13.1.

Amélioration de l'interface utilisateur

Les notebook Wolfram ont été introduit avec la version 1.0 de Mathematica, en 1988. Depuis lors, l'interface des blocs-notes n’a cessé d’être perfectionnée. Le mécanisme Ctrl = permettant d'entrer des données en langage naturel ("style Wolfram|Alpha" a fait ses débuts dans la version 10.0. Dans la version 13.1, il est désormais accessible à partir du bouton "image" de la nouvelle barre d'outils par défaut du notebook. Mais qu'est-ce qu'une image lorsqu'elle se trouve dans un notebook ? Dans le passé, il s'agissait d'une structure symbolique assez complexe, principalement adaptée à l'évaluation. Mais dans la version 13.1, l’équipe Wolfram Research l’a rendu beaucoup plus simple.


Un autre changement dans l'interface de la version 13.1 est la nouvelle superposition de progression asynchrone sur macOS. Cela n'affecte pas les autres plateformes où ce problème a déjà été résolu, mais sur Mac, des changements dans le système d'exploitation avaient conduit à une situation où la fenêtre de l'ordinateur portable pouvait soudainement passer au premier plan sur le bureau. Une situation qui a maintenant été résolue.

Dans la version 12.3, l’équipe Wolfram Research a introduit l'arbre comme nouvelle construction fondamentale dans le langage Wolfram. Dans la version 13.0, elle a ajouté une variété d'options de style pour les arbres, et dans la version 13.1, elle a encore plus de style ainsi qu'une variété de nouvelles fonctionnalités fondamentales.

Une mise à jour importante de la construction fondamentale des arbres dans la version 13.1 est la possibilité de nommer les branches à chaque nœud, en les donnant dans une association :


Toutes les fonctions de l'arbre incluent maintenant le support des associations :


Dans de nombreuses utilisations des arbres, les étiquettes des nœuds sont cruciales. Mais en particulier dans les applications plus abstraites, on souhaite souvent traiter des arbres non étiquetés. Dans la version 13.1, la fonction UnlabeledTree (à peu près analogue à UndirectedGraph) prend un arbre étiqueté et supprime toutes les étiquettes visibles.

Source : Wolfram Research

Et vous ?

Avez-vous une expérience avec Mathematica ?

Que pensez-vous du langage Wolfram ?

Selon vous, le langage Wolfram et de Mathematica pourra-t-il concurrencer les alternatives open source ?

Croyez vous que le langage Wolfram et de Mathematica devrait suivre l'exemple des langages autrefois fermés et aujourd'hui ouverts, comme Java et C# ?

Voir aussi :

La version 13.0 du langage Wolfram et de Mathematica est disponible, avec un total de 117 nouvelles fonctions, de nouvelles idées pour rendre le système encore plus facile et plus fluide à utiliser

La version 12.0 de Mathematica (et du langage Wolfram) est disponible, elle est censée repousser les limites de ce qui peut être fait en mathématiques

Stephen Wolfram publie gratuitement le moteur Wolfram pour les développeurs, mais pas en open source

Wolfram Language et Mathematica v12.1 permettent de mieux se servir du machine learning, tandis que WolframScript permet au code Wolfram Language d'être exécuté à partir de n'importe quel terminal

Sortie de Mathematica 11, avec des réseaux neuronaux symboliques, la gestion de l'impression 3D et une interface retravaillée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !